Les gyropodes et trottinettes électriques

Aujourd’hui, un trajet sur quatre effectué en voiture fait moins d’un kilomètre. A pied, cette distance peut être parcourue en 15 minutes, et encore plus rapidement grâce aux nouveaux modes de déplacements individuels électriques.

En milieu urbain, les gyropodes, les trottinettes électriques et les monoroues sont des moyens de transport innovants répondant aux besoins de micromobilité, sur des distances de quelques kilomètres.

Ce sont des modes de déplacement multimodaux par excellence. Facilement transportables, ils permettent de compléter plus rapidement un trajet effectué en transports en commun. Ils peuvent également être rangés au domicile ou au bureau, sans local de stockage dédié.

Leur principal avantage est leur faible coût d’utilisation, seulement quelques centimes d’euros pour une charge complète permettant de parcourir plusieurs dizaines de kilomètres. Comme les autres modes de déplacement électriques, ils ne font pas de bruit et n’émettent aucun polluant à l’usage.

Une réglementation encore floue

La réglementation ne dit pas encore où doivent circuler ces nouveaux modes de déplacement. Le Code de la Route limite cependant à 6 km/h les engins circulant sur les trottoirs. Il est donc conseillé d’utiliser les pistes cyclables quand celles-ci existent ou de rouler au pas sur les trottoirs.

Quels usages ?

Trottinettes électriques

Les trottinettes apparaissent comme l’engin le plus simple d’utilisation : il suffit à l’utilisateur de pousser avec son pied voire de se laisser porter. Accessibles financièrement, certains modèles sont proposés à la vente à partir de 300 euros.

Les trottinettes électriques s’adaptent à toutes les configurations : elles peuvent grimper les côtes sans effort et atteindre 25 km/h en vitesse de pointe, avec une autonomie jusqu’à 30 kilomètres.

Deux modèles sont à distinguer :

  • La trottinette électrique dotée d’un accélérateur et d’un système de freinage, parfois équipée d’un système de récupération d’énergie au freinage. Ce modèle ne nécessite pas d’effort de la part de l’utilisateur ;
  • La trottinette à assistance électrique : l’usager pousse avec son pied et le moteur maintient la vitesse. Il faut alors redonner régulièrement une impulsion pour relancer le moteur.

Gyropodes électriques

Le gyropode est également simple d’utilisation : il suffit à l’utilisateur de se pencher en avant pour avancer et de se redresser pour freiner. La technologie utilisée repose en effet sur des capteurs gyroscopiques pour la gestion des moteurs et fonctionne comme un balancier.

Il existe aujourd’hui deux modèles de gyropodes à deux roues, répondant à des besoins de mobilité différents :

  • L’hoverboard : la planche à deux roues disposent d’une autonomie jusqu’à 20 kilomètres, avec une vitesse maximale de 20 km/h ;
  • Le Segway, plus lourd et plus imposant, est moins utilisé en tant que moyen de déplacement quotidien et sert principalement dans le secteur du tourisme ou pour des actions de communication.

Les hoverboards sont aujourd’hui disponibles à la vente à partir de 200 euros, tandis que les Segways sont proposés à partir de 1 500 euros.

 

De par sa taille et son poids réduit, la monoroue (ou roue gyroscopique) se faufile entre les piétons. Sa roue, généralement d’un diamètre de 16 pouces, permet de passer aisément les trottoirs et les aspérités de la route. La batterie offre le plus souvent une autonomie supérieure à 15 kilomètres et une vitesse maximale de 20 km/h.

La monoroue est facilement transportable grâce à la poignée intégrée, qui permet de le tenir en main. Certains modèles sont équipés d’une canne télescopique pour le pousser sans effort.

En fonction de l’autonomie et de la vitesse de pointe de l’engin, les prix à l’achat varient entre 500 et 1 200 euros.

 

Illustrations : droits réservés

En 1 clic

  • Agenda
  • Newsletter
  • Questions fréquentes
  • Accès privé
    Identification de l'utilisateur
    Entrez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour vous identifier: 
    Accès réservé
  • Espace presse
  • Bibliothèque