Métropole de Lyon

Favoriser la mobilité électrique pour améliorer la qualité de vie

Les élus de la Métropole de Lyon sont fortement impliqués pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Alliée à de nombreux partenaires dans le domaine des transports, de l’énergie et de l’habitat, la collectivité a fixé un objectif : diminuer de 20 % les émissions de polluants d’ici à 2020.

Bien qu’une diminution significative de la pollution atmosphérique soit observée depuis dix ans, 83 % des grands lyonnais s’inquiètent de la qualité de l’air qu’ils respirent. Les transports sont à l’origine de 26 % de la pollution de l’air : la Métropole s’est donc engagée pour favoriser les modes de déplacement plus respectueux de l’environnement, en proposant des alternatives à l’automobile lorsque cela est possible.

 Le Plan de Déplacements Urbains (PDU) indique d’ailleurs la nécessité de réduire l’utilisation de la voiture individuelle pour se tourner vers des modes de transport plus doux, comme la marche, le vélo et les transports en commun, en améliorant le partage de la voirie par une hiérarchisation du réseau viaire. Le PDU a ainsi défini quatre thématiques majeures :

  • Améliorer le cadre de vie et la santé publique, par une réduction de la pollution atmosphérique et sonore grâce à la réduction du trafic routier, et le développement de modes alternatifs à l’autosolisme ;
  • Rendre la mobilité accessible à tous, en mettant en place une stratégie multimodale et améliorant le réseau de transports en commun ;
  • Centrer le système de mobilité sur les usagers, afin d’offrir de multiples solutions pour répondre à l’ensemble des besoins de déplacement ;
  • Mettre le système de mobilité au service de l’agglomération multipolaire et attractive, pour accompagner le développement économique et social de la métropole.

Un but ambitieux mais réalisable grâce à de nombreuses actions déjà mises en place ou à venir.

Des actions concrètes aujourd’hui

Plusieurs solutions existent afin de répondre aux enjeux environnementaux et sociaux. Marche à pied, vélo, covoiturage et autopartage : la Métropole encourage le report modal avec des solutions adaptées à chacun.

 Par exemple, le planificateur de trajet multimodal OnlyMoov développé par la collectivité, permet de choisir le moyen le plus efficace pour ses déplacements, en prenant en compte aussi bien le cycle, l’automobile, les transports en commun et la marche. L’outil cartographie ainsi les parkings de covoiturage, les stations d’autopartage, les stations Vélov’, les parcs de stationnement et les arrêts de transport en commun, et indique en temps réel le nombre de places vacantes, les temps d’attente et les temps de parcours.

Avec zéro émission de polluant à l’usage, les moyens de transports électriques sont encouragés. A Lyon, la mobilité électrique est déjà une réalité : 75 % des trajets effectués en transports en commun sont électriques ! Plusieurs solutions de déplacement permettent déjà de faciliter les déplacements en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et la pollution sonore.

 

Aujourd’hui sur certains axes comme la rue de la Part-Dieu dans le troisième arrondissement de Lyon, plus de 75 % des véhicules en circulation sont des vélos ! La pratique du deux-roues, en hausse de 26 % entre 2015 et 2016, ne devrait cesser de se développer avec l’arrivée des futurs Vélo’v à assistance électrique (batteries rechargeables).

Pour aller plus loin plus rapidement, l’opérateur des parcs de stationnement LPA propose à la location 10 scooters électriques en libre-service.

 

Enfin, pour tous ceux qui doivent utiliser leur voiture, un réseau de plus de 250 points de charge pour véhicules électriques est aujourd’hui disponible sur le territoire de la Métropole, pour encourager la mutation du parc de véhicules vers des motorisations plus respectueuses de l’environnement (véhicules électriques et hybrides rechargeables).

Le service d’autopartage de véhicules électriques Bluely met à disposition du public une borne de recharge sur chacune des 100 stations réparties sur Lyon, Villeurbanne et neuf communes de la première couronne lyonnaise (Bron, Caluire, Champagne au Mont d’Or, Ecully, Oullins, Sainte-Foy-lès-Lyon, Tassin la Demi-Lune, Vaulx-en-Velin et Vénissieux). Les bornes du service Bluely sont alimentées par de l’électricité d’origine renouvelable.

La Compagnie Nationale du Rhône a quant à elle déployé cinq stations de recharge rapide sur le territoire de la Métropole : au Port Edouard Herriot, à Ecully, à Givors, à Confluence et à Rillieux-la-Pape. L’ensemble des bornes de ce corridor électrique est alimenté par de l’électricité d’origine renouvelable.

A Lyon, Villeurbanne et Oullins, plusieurs parkings en structure sont équipés de dispositifs de recharge : environ 80 bornes y sont installées. Enfin, environ 70 autres points de charge sont mis à disposition du public par des acteurs privés (grandes surfaces et centres commerciaux, concessionnaires et garages automobiles…).

Afin d’encourager les automobilistes à se tourner vers des véhicules moins polluants, la Métropole accompagne les opérateurs privés pour le déploiement d’infrastructures de recharge sur le domaine public, avec l’objectif ambitieux de 900 points de charge à horizon 2020. Ces bornes seront réparties sur l’ensemble des 59 communes qui composent le territoire.

La Métropole de Lyon va également créer une zone à faibles émissions : des restrictions d’accès y seront appliquées progressivement pour les véhicules les plus anciens et les plus polluants. Le périmètre concerné par cette mesure sera déterminé par la concertation. Les restrictions d’accès concerneront uniquement les poids lourds et les véhicules utilitaires les plus polluants.

L’ensemble de ces mesures fera l’objet d’une large concertation, avec l’ensemble des parties prenantes et notamment les professionnels du transport.

 Les transports en commun lyonnais ne sont pas en reste. Après un essai de 18 mois portant sur l’utilisation de bus hybrides en conditions réelles, le Sytral teste des bus 100 % électriques avant de renouveler 200 unités en 2019.

La mobilité électrique n’est pas seulement terrestre ! Le Vaporetto relie désormais Confluence à Vaise en circulant sur la Saône. Avec 160 000 voyageurs transportés en 2016, le bateau à motorisation hybride transporte chaque année de plus en plus de passagers. C’est une manière agréable de se déplacer au quotidien tout en redécouvrant la ville.

Inventer les déplacements de demain

La Métropole confirme son statut de collectivité dynamique grâce au lancement de plusieurs projets électromobiles.

A Confluence, quartier innovant par excellence, la navette autonome Navly, en circulation depuis septembre 2016 jusqu’en décembre 2017, dessert les nombreux pôles d’activités du sud de la presqu’île. L’expérimentation en site propre, fermé à la circulation automobile mais ouvert aux piétons, permet de tester la fiabilité de la technologie en milieu urbain. Si l’expérimentation s’avère concluante, le projet devrait être pérennisé.

Enfin, un projet d’expérimentation de route solaire est à l’étude : une voie cyclable pourrait être recouverte d’un revêtement routier photovoltaïque, fournissant l’électricité nécessaire à l’alimentation des feux tricolores (site difficilement raccordable au réseau de distribution).

Illustrations : droits réservés

En 1 clic

  • Agenda
  • Newsletter
  • Questions fréquentes
  • Accès privé
    Identification de l'utilisateur
    Entrez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour vous identifier: 
    Accès réservé
  • Espace presse
  • Bibliothèque

Les projets du Grand Lyon

Tout savoir sur les projets de la Métropole de Lyon

En savoir +